17 mai 2017

Une Terre d’EAU

 

Sous LOUIS XIV les marais sont devenus une TERRE d’EAU, parce que VAUBAN a permis l’aménagement hydraulique du marais avec l’installation d’une première série de portes à flots, sur les rivières de l’Aure inférieure (1709), de la Douve (1738) et de la Taute (1739), qui se jettent dans la “Baie des Veys”.

Ces portes, qui fonctionnent avec les marées, empêchent l’eau de mer de pénétrer dans le « bas pays ». Ainsi, seule l’eau pluviale inonde le marais en hiver, tandis qu’en été, elles permettent de concilier le maintien d’un niveau d’eau suffisant pour faire revivre la zone humide, afin que la terre ne dessèche pas.

Il s’agit d’un écosystème fragile et très diversifié, qui est également géré avec des vannages. 

 

 

Avec tout ce système hydraulique, les marais peuvent être utilisés en prairie de pâture et de fauche.

 

De ce fait, les cours d’eau du « bas pays » ont pu être aménagés pour devenir des voies fluviales de navigation, avec la création de ports pour le transport des marchandises (lait vers les laiteries) et du bétail.

 

Sur le « haut pays », les parcelles sont entourées par un réseau étroit de haies : c’est le début de l’embocagement Normand, avec l’essor de son élevage laitier sous les pommiers.